Les Fourgons CampereveCampereve, Fourgons, véhicules de Loisir

C'EST VOUS QUI EN PARLEZ LE MIEUX

800 NUITS AUTOUR DU MONDE EN MIRANDE !
par Mathilde et Antoine Pavillon

Il était une fois, en novembre de l'an 2013, un Mirande Campérêve qui dormait sur un parking dans le Loiret. Il était jeune (7 mois, 7000 km) et pourtant sans propriétaire et en stationnement. Il ne rêvait que d'une chose: d'aventure! Cousin spirituel des intrépides Formules 1, rois de la vitesse, lui se voyait plutôt conquérant des grands espaces, aventurier jusqu'au bout des pneus.



C'est dans ces circonstances que nous firent connaissance. Antoine Pavillon, surnommé Pav, et moi même, Mathilde Pavillon, étions nous aussi des explorateurs, en quête d'une maison sur roulettes robuste qui nous permettrait de réaliser notre grande aventure. Le jour de notre rencontre, ce fut le coup de foudre immédiat. Flambant neuf, moteur ronflant et carrosserie bombée, Pavan, de son nouveau surnom de voyageur, fut immédiatement conquit par notre projet : un voyage de deux ans sur les routes du monde. Un pacte implicite était conclu et la Pavan team était née.

Notre aventure commença le 1 avril 2014 et dura 27 mois, jusqu'en juin 2016. Depuis l'Europe, nous traversâmes la Turquie, le Caucase du Sud, l'Iran, l'Asie centrale par une des routes de la soie, et la Sibérie. Une fois la mythique Vladivostok atteinte, ce sont la Corée du Sud et le Japon que nous explorâmes, avant de sillonner l'Asie du Sud Est. Enfin, nous passâmes environ une année sur les routes d'Afrique à remonter le continent du sud vers le nord. Cette épopée féérique et intemporelle d'environ 80 000 kilomètres nous fit parcourir 40 pays et nous laisse le souvenir d'un million de scénettes et de 800 nuits dans 800 « jardins », aux bruits, lumières et odeurs changeantes.

80 000 km, 40 pays

Pavan a été un compagnon parfait. Nous l'avions choisi surtout pour sa petite taille passe partout et neutre, son espace de vie confortable aux matériaux solides et élégants et son moteur et châssis robustes de Renault Trafic. Le Mirande nous a tout à fait satisfait. Vivre de manière permanente à deux dans ce petit espace nécessite bien sûr de la coordination, mais il ne nous a pas joué de mauvais tour mécanique. Nous nous y sommes sentis comme dans un petit studio.

Sur la route, Pavan a suscité intérêt et admiration. Le lever du toit a très souvent provoqué des interjections. Innombrables sont ceux qui l'ont immortalisé en photo. Nous avons toujours su le chouchouter: balayé, impeccablement rangé tous les jours, sans une écorchure, il frimait à chaque nouvelle rencontre devant les véhicules fatigués des nombreux pays traversés. Chouchouté dans les garages Renault du Kazakhstan, de Russie, d'Afrique du Sud, il a toujours été suivi de près.

LE MIRANDE NOUS A TOUT À FAIT SATISFAIT

Heureusement, car il en fallait de la bravoure pour vivre ces 2 ans extraordinaires sur les routes du monde. Baroudant de ci, de là, le voici : à demi tombé dans une crevasse dans le désert iranien, embourbé en Sibérie, ensablé dans les parcs animaliers zimbabwéens, seul sur un cargo sur l'océan pendant des semaines, inspecté par de nombreux douaniers, luttant contre des températures de 45° à l'ombre dans le désert soudanais, ou chatouillé au réveil par une déneigeuse dans les alpes japonaises; tracté par un bus sur la mythique route du Pamir, à une altitude de plus de 4000m et nourri d'un diesel siphonné d'une cuve de camionneur en raison d'une pénurie totale de diesel en Ouzbékistan.

Pavan en connait maintenant un rayon. En histoire, c'est un vrai crac. Des églises géorgiennes aux mosquées d'Esfahan, des caravansérails de la route de la soie aux temples bouddhistes du Japon, de la ville antique d'Angkor au Cambodge aux pyramides égyptiennes... il a été vu partout et en a pris plein les phares. Il n'est pas prêt d'oublier ces incroyables lieux, mélanges de cultures et de peuples. Et c'est sans compter les sites naturels incroyables qu'il a vus sur sa route: lac Baïkal, Mont Fuji, plages thaïlandaises, désert du Namib, parc animaliers africains au contact d'une faune spectaculaire, etc.

C'est la fin d'un chapitre et après toutes ces aventures, du bon goudron sans trous, un climat continental raisonnable, et un arrêt aux stands lui feront le plus grand bien.